Parallèlement à mes études de bioingénieur, j’ai découvert le métier de pompier comme volontaire.

Emmanuel Belaire

En 2004, j’ai réussi le concours d’entrée des officiers professionnels à l’Intercommunale d’Incendie de Liège et Environs. J’y ai exercé les fonctions d’officier opérationnel durant quelques années. Aujourd’hui, je suis en charge du pôle technique. Mon travail consiste principalement en des missions de R&D et à caractère technique.

Notre service couvre un secteur d’intervention composé de 21 communes et peuplé de près de 600.000 habitants. La multiplicité et la diversité des sites rencontrés (industries chimiques, port pétrolier, autoroutes, voies d’eau importantes, tunnels, un aéroport international et militaire, plus de dix hôpitaux, un complexe universitaire, un stade de division 1) ne permettent pas une connaissance approfondie de chaque cas. Le bagage technique des officiers ingénieurs devra donc être le plus complet possible de manière à pouvoir faire face à toutes les situations d’urgence qui iront de la simple odeur de gaz à la gestion d’un plan catastrophe. La formation d’ingénieur dispensée au sein de la Faculté représente, de par sa diversité, un bon atout quant à l’approche de domaines aussi variés que la chimie industrielle, la physique nucléaire, l’électricité, la combustion, l’hydraulique, la biologie moléculaire, etc.

Pour un jeune ingénieur, l’opportunité de se retrouver si vite à un tel niveau de responsabilités constitue un fabuleux challenge. Il va de soi que le mot «routine» ne fait pas partie de notre vocabulaire, chaque intervention étant différente de celle qui l’a précédée et de celle qui va la suivre.

Bioingénieur en Génie Rural – Promotion 2000

 

Partagez cette page