Un article publié dans Nature Communications

La "biofortification" pour lutter contre la malnutrition



Une étude internationale à laquelle a participé le Professeur Hervé Vanderschuren (TERRA/Gembloux Agro-Bio Tech) et deux lauréats du World Food Prize explique comment le génie génétique des plantes peut aider à lutter durablement contre la malnutrition. Cette recherche vient de faire l'objet d"un publiaction dans la revue Nature Communications.

D

ans le monde, plus de 2 milliards de personnes souffrent de malnutrition en micronutriments (les minéraux et les vitamines). C’est principalement les pays en voie de développement qui sont touchés. Leurs populations ont en effet un régime alimentaire dominé par des aliments de base amylacés et souvent peu diversifiés. Ceux-ci sont peu coûteux mais ils contiennent de faibles quantités de micronutriments. Une équipe internationale de scientifiques - dont le Professeur Hervé Vanderschuren, directeur du Plant Genteic Lab (Unité de recherches TERRA / Gembloux Agro-Bio Tech) et  des Professeurs Van Montagu (Unversité de Gand) et Bouis (IFPRI), lauréats du World Food Prize - considéré comme l’équivalent du prix Nobel en Agriculture - a récemment publié un article dans Nature Communications qui explique comment le génie génétique des plantes peut aider à lutter durablement contre la malnutrition.

« Faim cachée »

La malnutrition entraine de graves problèmes de santé comme l’anémie et des problèmes de développement physique et cognitif (notamment les carences en fer et en folate). Malheureusement ces carences sont peu perceptibles et les personnes concernées ne sont pas conscientes de leur état de santé : c’est ce que l’on dénomme la « faim cachée ». L’idéal serait que tout le monde puisse avoir accès à une alimentation saine et soit également éduqué dans ce sens.

Diverses solutions sont préconisées. L’une d’elle consiste à sélectionner des cultures vivrières de base pour obtenir des teneurs plus élevées en micronutriments. C’est ce que l’on appelle la « biodiversification ». Au cours des deux dernières décennies, des centres internationaux de recherche agricole ont développé des cultures biofortifiées avec des aliments qui proposent des teneurs en zinc plus élevées. Mais on peut aller plus loin : les scientifiques expliquent comment la génie génétique peut contribuer à améliorer encore les avantages des cultures biofortifiées. Les approches de génie géntique permettent d’atteindre des niveaux de micronutriments beaucoup plus élevés que les méthodes conventionnelles seules. Une autre avantage réside dans le fait que de grandes quantités de plusieurs micronutriments peuvent être combinés dans une même culture. Et ce n’est pas tout ! Le génie génétique peut également aider à combiner les caractéristiques des micronutriments avec des aptitudes de la plante à résister à la sécheresse et aux parasites.

Références scientifiques

Partagez cette news