Je suis cheffe de projet : j’organise et je conduis un projet de bout en bout en assumant la responsabilité des différentes phases depuis l’analyse des sites et besoins des clients jusqu’à la traduction spatiale voire jusqu’à l’opérationnalisation.

Marie-1

Marie Preux est française, originaire du Jura.

Elle est diplômée du Master Architecte paysagiste depuis 2018.

En quelques lignes, elle nous parle de son parcours professionnel, nous explique son choix d'études et nous livre quelques souvenirs de sa vie étudiante.

 

Le métier de Marie

Je travaille pour un bureau d’étude spécialisé en urbanisme et en aménagement du territoire (secteur privé et public) :

-        Stratégie territoriale

-        Développement de quartiers durables

-        Reconversion de sites industriels / désaffectés / friches

-        Incidences environnementales

-        Conception d’espaces publics et projets paysagers

-        Participation citoyenne

Je suis cheffe de projet c’est-à-dire que j’organise et que je conduis un projet de bout en bout en assumant la responsabilité des différentes phases depuis l’analyse des sites et besoins des clients jusqu’à la traduction spatiale (identification des enjeux, objectifs et axes stratégiques) voire jusqu’à l’opérationnalisation (documents urbanistiques comme des permis, cahier des charges, suivi, etc.).

Une journée type

Mes journées sont très variées selon les types de projet et la phase dans laquelle on se trouve.

C’est aussi l’avantage de ma fonction (gestion d’un projet de bout en bout) et de la taille de la structure dans laquelle je suis (petit bureau d’études 5-6 personnes).

En général j’ai beaucoup d’échanges avec mes collaborateurs car je travaille dans un bureau pluridisciplinaire (architectes, urbanistes, géographes, ingénieur parfois, etc.) ainsi qu’avec les acteurs concernés par le projet (échanges de mails, appels téléphoniques, réunions) afin d’obtenir des données, poser des questions, valider des éléments, etc.).

Nous travaillons également souvent avec d’autres bureaux d’études spécialisés dans certaines thématiques (mobilité, pollution des sols, programmation, etc.) et donc les échanges sont tout aussi importants pour coordonner les missions.

Tout projet commence par une visite de site et une phrase importante de lecture et d’assimilation des documents et données disponibles. Plusieurs autres visites de site sont en général utiles selon l’ampleur des projets. 

Lorsque je ne suis pas en visite ou en réunion, je travaille à la production des éléments nécessaires au bon développement du projet :

-       Rapport écrit

-       Schémas ou cartographie d’analyse

-       Plans / coupes / détails etc.

Pourquoi ce choix d'études ?

J’ai toujours voulu travailler dans un métier artistique, de création (styliste, décoratrice d’intérieur, joaillière même, etc. etc.). Mais j’ai également toujours été sensible à l’environnement végétal et à la nature au sens large.

Le choix du métier était donc tout indiqué puisqu’être paysagiste permet à la fois de s’exprimer de manière créative mais aussi de pouvoir travailler avec le vivant, améliorer le cadre de vie par l’analyse et l’aménagement des paysages, connaître les plantes, les écosystèmes …

Des objectifs atteints...

L’étude et la compréhension des grands territoires m’a toujours intéressée. En effet, le travail à grande échelle permet de se questionner sur des thématiques actuelles importantes, sur des enjeux du territoire qui touchent un grand nombre d’acteurs (préservation et mise en valeur des patrimoines paysagers et culturels, gestion des inondations, gestion de l’érosion, préservation des écosystèmes, limitation de l’artificialisation des sols et de l’étalement urbain, etc.).

Le travail en bureau d’urbanisme et aménagement du territoire n’est a priori pas le premier endroit auquel on penserait pour un paysagiste … Mais bien au contraire, ce type de bureau permet de travailler sur des missions à grande échelle (commune, portion de territoire, quartier, vallée, etc.) et de pouvoir inclure le paysage dans tout type de projet et de réflexion que ce soit dans des outils d’aménagement, des analyses pour des quartiers ou même pour des aménagements plus locaux comme des espaces publics. 

Souvenirs de la vie étudiante

Le cadre est magnifique et c’est un campus de petite échelle. C’est pourquoi, tout le monde se connait et l’ambiance y est donc très familiale. L’entraide est de mise que ce soit pour organiser des événements étudiants ou bien dans les cours. Tout est +/- un bon souvenir à Gembloux 😊


Marie est l'auteure de ce dessin à travers lequel elle nous partage sa vision du master architecte paysagiste et des métiers associés.

Master-AP-web

Le paysage est au cœur de l’illustration car c’est notre matière première. A première vue, cela a l’air simple à appréhender mais quand on s’attarde sur tous les détails, on se rend compte de la complexité de cette notion

Autour gravite plusieurs compétences et plusieurs manières de faire.

Comme on nous le dit souvent au travers de nos études, le paysagiste est un « généraliste » spécialisé en paysage : il doit pouvoir assimiler et comprendre une diversité importante de données dans de nombreuses thématiques. C’est pourquoi il acquiert à la fois des compétences techniques, scientifiques et artistiques.

Partagez cette page