Agriculture urbaine

Le C-RAU inaugure SERR’URE, une nouvelle serre prometteuse pour une production locale



Ce mardi 20 décembre 2022, les partenaires du projet SERR’URE ont découvert la nouvelle serre urbaine basse énergie construite sur le toit du centre de recherche TERRA en présence de Mme la Rectrice Anne-Sophie Nyssen.

Cette cérémonie a marqué une reconnaissance commune et officielle de l’ULiège et des pouvoirs publics pour la mission de ce projet : améliorer l’agriculture urbaine. En effet, en plus de l’intervention de Mme la Rectrice, venue manifester son soutien pour SERR’URE, le Centre de Recherches en Agriculture urbaine a pu compter sur la présence de M. le Bourgmestre de Gembloux, Benoît Dispa et M. Gilles Foret, échevin en charge de la Transition écologique de la Ville de Liège.

Avec ses intérêts multiples pour le secteur de l’agriculture urbaine, SERR’URE s’inscrit dans plusieurs programmes. D’une part, elle fait partie des nombreux projets de la plateforme WASABI qui se consacre à la recherche en agriculture urbaine et en biodiversité́. Il rejoint également GROOF (Greenhouse to Reduce CO2 on RooFs), mis en place par le fond INTERREG NWE pour réduire les émissions de CO2 dans les secteurs de la construction et de l’agriculture.

Que ce soit dans sa structure ou dans sa production, cette serre va pouvoir apporter des pistes de solution concernant l’agriculture urbaine. La composition de la serre a été pensée pour que le centre TERRA puisse supporter le poids de la serre (maximum 400 Kg par m2) et éviter que celle-ci ne dégrade l’étanchéité du toit. Au besoin, SERR’URE pourrait donc être retirée et recyclée sans endommager le reste du bâtiment.

vid-img-1
Youtube

Pour sa consommation en énergie, la serre récupèrera la chaleur perdue du bâtiment pour conserver une température adéquate pour les cultures. L’équipe de recherche teste aussi des panneaux photovoltaïques qui n’interfèrent pas avec la croissance des plantes. Pour l’instant SERR’URE se « situe sur le podium à la 2ème place des serres moins polluante sur une échelle de 4. Et ce sans être encore couplée aux énergies perdues de TERRA. » explique le Pr. Haïssam Jijakli, coordinateur de la plateforme WASABI et du Centre de Recherches en Agriculture Urbaine. Il projette également d’atteindre la première place en rendant la serre neutre en émission de gaz à effet de serre une fois l’installation finalisée.

Au niveau de sa production, les systèmes d’hydroponie mis en place permettent déjà d’étudier la croissance de cultures tempérées tels que la laitue, le basilic et également des plantes à haute valeur ajoutée pouvant produire des molécules pour les secteurs du médical, paramédical et phytopharmaceutique.

En alliant son architecture et sa production variée, le Centre de Recherches en Agriculture Urbaine apporte une solution pour pouvoir cultiver facilement dans chaque ville grâce à de nouvelles serres qui pourront récupérer la chaleur produite par des bâtiments, profiter de l’énergie de panneaux photovoltaïques sans impacter la croissance des plantes et éviter le transport en produisant localement.

Partagez cette news